Enfantillages

lucy

Il semblerait que l’Education Nationale, ou Vincent Peillon  ou Jean-François Copé, je m’y perds, ne doive répondre à la question :

« Qu’enseignera-t-on à la Maternelle, la masturbation ou l’entrepreunariat ? »

C’est une question de fond sur laquelle je me garderais bien de me prononcer. Je rêverais de vous faire une étude comparée des avantages de l’une et de l’autre – enfin surtout de l’une – sur le bien-être de nos  chères petites têtes blondes. J’ai peur de vous noyer sous des études scientifiques imparables, indiscutables qui vous convaincront tellement vite que vous n’irez pas jusqu’à la fin de ce billet.  Hors de question. Donc changeons de sujet et restez là.

Je vais vous parler de l’entrepreunariat, sujet passionnant s’il en est. Je sens votre enthousiasme, vous êtes mignons.

Comme je sais que vous êtes très occupés, je vous ai cherché la définition sur Wikipédia, la voilà :

« L’entrepreneuriat (dont une variante orthographique très utilisée est entreprenariat) est l’action de créer de la richesse et/ou de l’emploi par la création ou la reprise d’une entreprise.
Les formes d’entrepreneuriat varient selon le type d’organisation qui est mis en place. L’entrepreneuriat peut créer des emplois. »

On peut trouver ça aussi :

– Larousse « activité, fonction d’entrepreneur »

– L’Internaute « Activité, métier de chef d’entreprise »

Mon mauvais esprit me fait tirer plusieurs conclusions de ces définitions :

1/ les dictionnaires c’est nul,

2/ l’entrepreneur est celui qui fait de l’entrepreunariat,

3/ l’entrepreunariat est le fait de l’entrepreneur,

4/ en faisant de l’entrepreunariat,  l’entrepreneur crée de la richesse et/ou de l’emploi (je savoure ce « et/ou », pas vous ?),

5/ en faisant de l’entreprenariat, l’entrepreneur peut créer des emplois (encore plus savoureux, le « peut »).

Oui, je sais c’est Wikipédia mais justement, c’est là que le plus de monde cherchera la définition  et peut être même la Ministre de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche  ou ceux qui écrivent ses déclarations.

La Ministre sus nommée, Geneviève Fioraso (encore une Geneviève… promis, juré, craché, j’ai pas fait exprès), a participé aux assises de l’entrepreunariat, le 29 avril 2013 à l’Elysée, ça c’est de l’info hein ? Je sais ça date, mais justement, c’était un avant-goût. Croyez-moi, c’est du lourd : il y aura des cours d’entrepreunariat et d’innovation dans l’enseignement supérieur et les étudiants ayant un projet entrepreunarial ou les  jeunes diplômés souhaitant créer leur entreprise, seront labellisés « Jeune entrepreneur ».

C’est là que tout s’éclaire on voit la stratégie, c’est celle de la courbe…

Comment ça, quelle courbe ?

LA courbe, celle qui doit se stabiliser et qui ne veut rien entendre pour l’instant.

Si vous avez tout suivi (en fait soyons clairs, si vous êtes encore là) et, ce n’est pas facile, je sais, moi aussi j’ai du mal, nous ne sommes pas des membres du gouvernement, la stratégie, la courbe ça nous passe au-dessus, donc si vous avez tout suivi, vous avez compris que derrière tout ça, il y a un enjeu national et pas des moindres.

Explication argumentée : si on enseigne l’entrepreunariat, les étudiants vont avoir des projets entreprenariaux et les jeunes diplômés vont créer des entreprises dans lesquelles ils feront de l’entrepreunariat car ils seront des entrepreneurs. Ainsi, les œuvres de notre belle jeunesse, vont créer de la richesse et/ou des emplois.

DES EMPLOIS ! LA COURBE !

Vous y croyez maintenant ? Non, parce que si vous êtes encore là, vous pouvez tout croire.

J’en vois au moins un ou une  qui va me dire : « Mais alors, si c’est « et » d’accord ça marche, mais si c’est « ou » ?  On ne gagne pas à tous les coups grâce à l’entrepreunariat ».

Je ne le ou la  félicite pas, il ou elle a presque autant mauvais esprit que moi.

Mais oui on GAGNE parce que la création de richesse, c’est la CROISSANCE et la CROISSANCE c’est l’EMPLOI !  Prends-toi ça. Où tu veux.

Théoriquement, c’est là que vous comprenez l’intérêt de l’enseignement de la masturbation, pardon de l’entrepreunariat, à la Maternelle. Non ? Vous ne voyez pas ? J’ai été mauvaise alors. Excusez-moi, vraiment.

Pardon, de vous avoir entraînés jusque là.

Ou bien, alors, vous pensez comme une twittorienne que je connais bien. SI c’est le cas, je ne vous félicite pas, croyez-moi :

« @cathyhope2 : Entrepreunariat ou masturbation, c’est toujours de la branlette. Voilà. »

PS : je pense que l’un des destinataires de ce tweet est soulagé de ne pas apparaître, il fait partie de la #TeamPrude

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s