Archives mensuelles : octobre 2014

Maternage

Tu lui as pris un billet sans changement ?
Non avec. C’est beaucoup moins cher et il l’a déjà fait tout seul, changer d’aéroport à Paris.
Oh, mais il va se débrouiller tout seul. Il l’a déjà fait ?
Oui, il l’a déjà fait. Il va y arriver, ne t’inquiète pas.
………
Il part à quelle heure ?
15h20.
Il part dans l’après-midi ?
Oui, à 15h20.
Il part demain ?
Oui, demain.
Tu auras le temps de préparer ses affaires alors ?
Il revient ce soir, il aura le temps.
Il rentre ce soir de chez son père ?
Oui. Ce soir.
……….
Remarque, il va se débrouiller, il est grand. Je lui arrive seulement à l’épaule.
Ça fait longtemps qu’il est plus grand que toi tu sais ? Et hier, le médecin l’a mesuré, il fait 1,89m.
Ah oui, moi et mon mètre-soixante ! Enfin 1,60m… maintenant j’ai diminué.
Tu sais 1,60m c’est petit, il aurait bien fini par te dépasser.
Quand il me dit bonjour, je me rends compte que je lui arrive à l’épaule.
………..
Qu’est-ce que je prends ?
Il y a des grillades, des pâtes, des pizzas.
Des pâtes, j’en mange tout le temps.
Tu veux de la viande ?
Si J était là, il prendrait des pâtes.
Oui. Que préfères-tu ?
Qu’est-ce que tu prends toi ?
Je vais prendre un tartare.
Je n’aime pas trop le tartare.
Je sais. Que veux-tu ?
Je vais prendre un filet de boeuf.
Tu veux une sauce avec le filet ?
La sauce c’est gras.
Certes, mais tu en veux de la sauce ?
Oui. Je prends celle au poivre ?
Tu as poivre, roquefort, cèpes, truffes…
Je vais prendre cèpes.
……….
La dernière fois qu’il est parti à Berlin, il avait changé d’aéroport ?
Oui, à l’aller et au retour.
Et là, il va changer ?
Oui. Seulement à l’aller.
Pas au retour alors ?
Non, pas au retour.
Oh, mais il a l’habitude, il va y arriver.
Oui il va se débrouiller et ça le fait grandir.
……….
Tu m’as dit que C allait mettre F dans une maison ?
Pas seulement C, tous les enfants l’ont décidé .
Mais F est d’accord ?
Je ne sais pas mais elle ne peut plus rester seule.
C’est très cher ces maisons, au moins 2000 € par mois.
Je ne sais pas, je n’en ai aucune idée.
……….
Tu as des nouvelles de G ?
Oui, elle est arrivée à Malte.
A Malte, c’est là où la soeur de M a sa maison ?
Non, c’est à Elbe.
Ah oui, Elbe. Elle a raison G de partir.
OUI BIEN RAISON.
Remarque, elle peut. Elle est libre, elle.
Oui, elle est libre, elle.
……
Oh dis-donc, c’est copieux.
Tu n’es pas obligée de finir.
Je sais mais c’est copieux. Ils auraient dû garnir la salade.
La salade est assaisonnée.
Je n’en peux plus.
Laisse, tu sais il y avait vraiment beaucoup à manger dans l’assiette, moi je ne finis pas.
C’est vrai que c’est copieux. Dommage qu’ils n’aient pas garni la salade.
La salade était assaisonnée.
……….
Tiens prends ma carte (bleue).
Nous n’avons pas encore fini de manger.
Oui, mais il vaut mieux que tu prennes ma carte.
D’accord.
On ne risque pas de te la prendre si tu la mets dans la poche de ton jean ?
Je suis assise.
Et ton sac, il est où ton sac ?
Il est là, à côté de moi.
Ça ne risque rien ? Parce que tu as tout dedans. Tes papiers, les clés de la voiture et de la maison, ta carte, ma carte.
Ta carte est dans la poche arrière de mon jean.
…………
Tu as eu une bonne idée de m’amener ici.
Tu veux un café ?
Oui, mais pas de dessert, j’ai trop mangé. C’était trop copieux.
D’accord.
S’il est trop amer, je mettrais du sucre. Il est souvent amer dans les restaurants. Quand il est amer je mets du sucre.
Il est bon je trouve.
Oui, il est bon. Il n’est pas amer. Je n’ai pas mis de sucre.
…….
Il part quand ?
Demain.
A quelle heure ?
15h20.

Ce moment gênant où tu réalises que la fractale dans laquelle tu vois vieillir ta mère te multiplie toi, à l’infini, dans l’avenir proche et terrible.