Turlupinade

josefa-de-ayala-ecce-agnus-dei-ca-16601670-1348172501_b

 

Une antienne affirme plus en plus sa présence. Elle est composée de deux chœurs. Le premier chante l’Exode, le second, la Résurrection. Pour ma part, j’hésite entre l’un et l’autre… selon les jours.

Je sais que Dieu vous turlupine en cette fin de week-end de Pâques ce qui vous mène à poser cette question : « A quels psaumes cet antienne répond-elle ? ».

Si Dieu ne vous turlupine pas, acceptez, malgré tout, de lire mon allégorie de Pâques. Vous serez émerveillés par ma culture religieuse… ou pas.

Exemples de psaumes (limités à notre clocher) :

– « La croissance ne se décrète pas, elle se stimule avec pragmatisme et volontarisme »

– « Les divergences d’intérêt existent, il ne s’agit pas de les effacer mais de les dépasser, pour l’intérêt général. C’est ça la modernité ! »

– « Le coût du travail doit baisser »

– « Il vaut mieux quelqu’un qui travaille dans une entreprise avec un salaire un peu moins élevé que le SMIC de façon temporaire et transitoire plutôt que de le laisser au chômage. »

– « Je pense qu’à ce niveau de chômage il faut aller vers davantage de flexibilité, et vers des boulots qui ne sont pas forcément payés au Smic. » 

 Vous saurez reconnaître les auteurs de ces psaumes, ils font partie des prêcheurs de la religion libérale. Dans le cas où vous hésiteriez, un indice : il n’y en a qu’un, parmi eux, qui n’appartient pas au PS.

Quelques fois les recueils de psaumes sont agrémentés d’enluminures par ceux, celles, qui célèbrent l’Eucharistie tous les jours, TINA est leur corps, TINA est leur sang.

Trois exemples récents :

–       Bernard Guetta (je sais, j’avais promis de ne plus écouter France Inter, je ferai pénitence), vieux coq protecteur du poulailler européen qui, chaque matin, disperse sa fiente sur tout ce qui peut menacer celui-ci. Dernière Cène, le jeudi Saint, il a souillé Lordon, bordayl !

–       Jean Quatremer, qui n’a pas besoin du Vendredi Saint pour glousser, comme une poule, quand il fait un œuf bien dégoulinant d’Europe salvatrice ou de libéralisme triomphant.

–       Brigitte Benkemoun, qui s’insurge que l’on puisse contester le sacrifice des démunis pieds et poings liés, sur l’autel de l’orthodoxie budgétaire.

Ainsi, les psaumes s’enchaînent, jour après jour. Entre eux, des voix s’élèvent chantant des refrains, de plus en plus fort.

«  Chœur de l’Exode »

J’adore cette idée. Vraiment. Changer de pays, ça me va parfaitement au teint. J’étais tentée par l’Egypte, là c’est impossible. Je vais me limiter à l’Europe. Mais où ?  L’Angleterre, j’adorerais… mais essayons de rester cohérente. L’Allemagne ? Sans  commentaires.

Retourner aux origines alors ? Le Sud, de l’Italie, parfait pour mon teint, mais alors avec une connexion Internet.

Ah non, c’est vrai,  persister à lire les nouvelles, ce n’est pas une bonne idée, les contrariétés vont continuer d’affluer.

Arrêter tout alors. Ne plus rien lire, ne plus rien écouter, ne plus rien savoir, ne plus communiquer, ne plus penser.

Une Retraite dans un Monastère ?

Ne plus faire partie du monde.

Mourir quoi.

Hors de question, même au soleil.

 

« Chœur de la Résurrection »

Vous pouvez rire, vous moquer, penser que c’est démodé, ridicule, peu me chaut.

Je vous entends même : « Résurrectionnaire de canapé ! ».

Petite précision, je n’écris pas ça d’un canapé. Pour deux raisons : je n’aime pas les canapés et celui qui est chez moi appartient à ma chienne.

Je suis donc une résurrectionnaire de chaise, ne vous y trompez pas.

Privilégiée qui plus est : un revenu fort honorable – je verse ma dîme –  et un toit bien agréable.

Non-violente, pas sanguinaire, j’ai peur des armes. Et des larmes.

Une agnelle en somme.

Mais je ne deviendrai pas une brebis de Panurge, impatiente que l’on perde tous nos droits et que le service public soit tondu.

Ce qui est intéressant dans mon cas (oui, je suis intéressante), c’est comment une femme qui a célébré l’Eucharistie élective depuis ses 18 ans, qui a fait confiance globalement aux Élus (dans les cas, peu nombreux, où  les Élus appartenaient à son Église ou étaient proches de celle-ci) et qui a toujours combattu le « tous pourris », en est arrivée à cette conclusion.

Je vous laisse y réfléchir. Je suis sûre que nous sommes nombreux dans ce cas. Nous pourrions faire une chorale.[1] (n’oubliez pas de cliquer sur « Play »)

 

Croyez-moi, quelle que soit la méthode, il est temps de ressusciter… avant l’Apocalypse.

Les experts du climat estiment désormais « extrêmement probable » – c’est-à-dire, dans le jargon du GIEC, avec une probabilité supérieure à 95 % – que l’élévation de la température terrestre relevée depuis le milieu du XXe siècle est bel et bien le fait de l’accumulation des gaz à effet de serre d’origine humaine. Cette probabilité était évaluée à 90 % dans le précédent rapport. http://www.lemonde.fr/planete/article/2014/04/14/rechauffement-les-dix-points-marquants-du-rapport-du-giec_4399907_3244.html

 

[1] Un artiste international, dans sa (grande) bonté et sa (grande) mansuétude, a accepté  de me laisser utiliser son œuvre.

Publicités

Matinale je suis

J’ai déjà dit que j’étais accro à France Inter et, de fait, tous les matins, je râle …. Pour des tas de raisons et notamment sur le choix de l’invité(e) de 8h20 : « Encore lui/elle (enfin « elle », façon de parler, vous verrez plus tard) ? Mais Y EN A MARRE ! Y M’ÉNERVENT ! … ».

Bref mon pain quotidien et la croix de mon co-locataire.

Celui-ci, après ma crise du 24 février au matin (invité, Copé), me dit : « Tu n’as qu’à faire la liste, tu verras bien si ce sont toujours les mêmes ».

– La liste ? Non mais tu te rends compte ? Il faut la faire sur une année au moins, c’est un gros boulot.

– D’un autre côté, tu n’as rien à faire.

– KOUWA ? Moi ? Rien à faire ? Non mais ça va pas non ? La maison, le linge, les courses,…

Il faisait beau lundi, j’avais plein de balades au soleil à faire, sale gosse !

Aujourd’hui 25 février, il pleut, donc c’est une question de crédibilité, faut que je m’y mette.

Ma collecte commence il y a un an jour pour jour, le 25 février 2013, cela représente 246 invitations (invitations car certain(e)s sont venu(e)s plusieurs fois) pour l’interview de 8h20, qui est prolongé par les questions des auditeurs après la revue de presse de 8h30.

D’aucuns vont calculer et dire que ça ne correspond pas au nombre de jours. Deux minutes, j’explique :

–       certains jours, il y a plusieurs invités ;

–       pour les spéciales à l’étranger ou municipales, je n’ai pas répertorié car non significatives ;

–       le site[1] ne précise pas le nom de l’invité pour quelques émissions, il est hors de question que je réécoute pour savoir qui était là, que ce soit clair.

J’ai fait un (joli) fichier avec plein de couleurs et plein de… ah, non, je ne sais pas dessiner, y a que des couleurs donc. J’ai mis une légende aussi, vous avez tout ça à la fin, vous vous prosternerez. Ou pas.

J’ai étiqueté les hommes et femmes politiques par parti. Je sais ça paraît évident mais quelqu’un m’a dit que même les évidences, ce n’est pas évident pour tout le monde.

Pour les autres (journalistes, artistes, économistes…), je n’ai pas noté leur appartenance politique pour la simple raison que je ne la connais pas pour tous. Pour certains, j’ai même gougueulisé, je sais c’est mal, mais je n’avais aucune idée de leur fonction ou métier, oui, je sais, c’est (encore) mal.

Bon je commente et j’analyse en même temps, je suis cap. Je vais même structurer, tout ça pour le même prix.

SEXE

Je commence par ça, parce qu’il faut que ça sorte et que je veux être sûre que vous allez le lire : 246 invités dont 40 femmes soit 16,26 % ! 16,26 % PDBDM ! Je m’en suis étranglée. Et encore, là-dedans on a 6 femmes ministres. Ils sont OBLIGÉS de les inviter et certaines sont venues 2 fois : Touraine, Filipetti, NVB et Duflot. Taubira, Fourneyron et Batho (encore ministre) n’ont été invitées qu’une fois dans la période. Passons sur le fait qu’en une année Duflot a été sollicitée deux fois plus que Taubira (oui je suis fan, non elle n’est pas de gauche, mais oui, c’est comme ça, je suis fan).

Si on enlève les 11 invitations de ministres, il reste 29 matinales féminines soit  11,79 %.

Et ce n’est pas fini, si on retire de ces 29 les invitations d’autres femmes politiques (élues, dirigeantes de parti, candidates), il nous reste 10 invitations soit 4,06% du total sur 12 mois.

Ces 10 appartiennent aux catégories suivantes : artistes, historien(ne)s, philosophes, journalistes, économistes…soit au total 112 invitations en un an dont ces femmes représentent 8,92 %.

Continuons à enfoncer le clou, comme vous pouvez vous en douter, je suis assez déterminée. Cela signifie donc que, quand la matinale de France Inter veut un avis éclairé, qui ne soit pas celui d’un(e) politique, 91 fois sur 100, elle invite un homme. VOILÀ.

Je me demande si « C Dans l’Air », à côté de la matinale de France Inter, n’est pas un petit joueur.

Devons-nous en conclure que dans la société française, il n’y a que des experts et pas d’expertes (oui, je sais, j’ai laissé les artistes dedans mais why not ? Les artistes sont expert(e)s à nous donner de la joie et du plaisir.) ?

Au risque de passer pour une passionaria féministe, je réponds NON. Quoiqu’en fait passer pour une passionaria féministe, ça me convient assez.

Bref, revenons à nos moutons de Panurge de médias qui invitent toujours les mêmes pourvu que ce soit des hommes. Ce n’est pas une question de parité, la parité c’est nul, c’est une question de compétences. Des femmes compétentes dans tous ces domaines, y en a, plein.

Et je peux donner des noms, plein.

PARTI

Pas de surprise, le PS est au gouvernement, il truste les matinales, à un point que vous n’imaginez même pas.

Sur les 134 invitations politiques (246 moins les 112 cités plus haut, suivez que diable !) :

–       72 PS (53,73 %) dont 42 invitations de ministres[2];

–       8 EELV (5,97%) dont 3 invitations de ministres ;

–       31 UMP (23,13 %) dont, ah non c’est vrai, en fait on pourrait le croire mais il n’y a pas de ministres UMP ;

–       8 UDI (5,97 %), gageons que bientôt, il y aura des ministres UDI ;

–       4 FN (2,98%) ;

–       4 FDG (2,98%) soit Mélechon 3 fois, Laurent 1 fois ;

–       Nouvelle Donne 1 seul invité mais création fin 2013.

Je n’ai pas trop envie de commenter les répartitions entre partis.

Juste une petite remarque pour celui qui est au pouvoir : vu le temps qu’ils y passent, soit ils ont un défaut de communication, soit ils sont nuls, tous ces PS qui défilent. Je ne vois que ça pour expliquer l’impopularité de ce gouvernement.  Par exemple, le ministre du travail, de l’emploi, de la formation professionnelle et du dialogue social (sans respirer), Sapin, il est venu 5 fois c’est-à-dire plus que tous les autres ministres, sauf un (teasing). Pourtant, les incantations pour la courbe n’ont pas marché et elles ont satisfait peu de monde…

Pendant que j’y pense, il peut y avoir une autre explication, ils ne font pas ce qu’ils ont promis et se déjugent tous les jours.  A vérifier bien sûr.

En tout cas pour TINA, c’est tout bénef, 111 (PS, UMP, UDI) sur 134 : 82, 84 % ! Et remarquez bien, je ne compte pas EELV, je leur fais grâce, ni le FN, je les méprise.

Si on élargit aux experts (que des HOMMES ou presque, je tiens à le rappeler, si des fois…), c’est une hagiographie de Sainte TINA qui nous est racontée pratiquement tous les matins.

QUELQUES CAS

Quatre invitations en un an pour Bayrou. Vous êtes d’accord avec moi non ? Bayrou…. c’est, comment dire ? Non, rien. Mais ça veut dire beaucoup pour France Inter.

Copé finalement est ridicule, il n’a été invité que deux fois, je m’énervais pour rien… A l’UMP, Mariton, Pécresse, Raffarin, Bertrand font autant recette.

Pour ce parti, le champion c’est Guaino, 4 fois en un an. Il me semblait pourtant que Patrick Cohen avait affirmé ne pas inviter de cerveaux malades.

A l’UMP, ils ont un autre champion. Enfin, il n’est pas à l’UMP mais il leur fait tellement plaisir, il pourrait être membre d’honneur, c’est Valls.
Six invitations pour lui et 5 pour ses lieutenants (Urvoas, 4 et Bauer, 1). Ainsi le ministre de l’intérieur truste à lui seul 4,47 % des invitations de politiques ; 8,33% de celles du PS ; 14,28 % des ministres interviewés à 8h20. Il a été invité 6 fois plus que Taubira et, avec ses lieutenants, il égale le total des invitations des ministres femmes.

Là ce n’est pas TINA économique qui triomphe mais les idées d’exclusion, les délires sécuritaires, racistes, islamophobes.

Le TINA de ceux qui ont peur, aucune autre alternative que de se protéger, rejeter, accuser. Ceux qui croient à cette sainte TINA ne voteront pas pour le PS aux prochaines élections. Dommage un tel don de sa personne, Valls va être déçu.

Finalement, j’ai averti mon coloc, je vais continuer à râler.

[2] J’ai compté Taubira dans le PS (le PRG ça compte pas)

« Moumine » dessin de Tove Jansson volé à Mona Chollet mais elle est d’accord.

Le bô fichier (auto-dérision)

Capture d'écran 2014-02-26 à 19.07.28

Enfantillages

lucy

Il semblerait que l’Education Nationale, ou Vincent Peillon  ou Jean-François Copé, je m’y perds, ne doive répondre à la question :

« Qu’enseignera-t-on à la Maternelle, la masturbation ou l’entrepreunariat ? »

C’est une question de fond sur laquelle je me garderais bien de me prononcer. Je rêverais de vous faire une étude comparée des avantages de l’une et de l’autre – enfin surtout de l’une – sur le bien-être de nos  chères petites têtes blondes. J’ai peur de vous noyer sous des études scientifiques imparables, indiscutables qui vous convaincront tellement vite que vous n’irez pas jusqu’à la fin de ce billet.  Hors de question. Donc changeons de sujet et restez là.

Je vais vous parler de l’entrepreunariat, sujet passionnant s’il en est. Je sens votre enthousiasme, vous êtes mignons.

Comme je sais que vous êtes très occupés, je vous ai cherché la définition sur Wikipédia, la voilà :

« L’entrepreneuriat (dont une variante orthographique très utilisée est entreprenariat) est l’action de créer de la richesse et/ou de l’emploi par la création ou la reprise d’une entreprise.
Les formes d’entrepreneuriat varient selon le type d’organisation qui est mis en place. L’entrepreneuriat peut créer des emplois. »

On peut trouver ça aussi :

– Larousse « activité, fonction d’entrepreneur »

– L’Internaute « Activité, métier de chef d’entreprise »

Mon mauvais esprit me fait tirer plusieurs conclusions de ces définitions :

1/ les dictionnaires c’est nul,

2/ l’entrepreneur est celui qui fait de l’entrepreunariat,

3/ l’entrepreunariat est le fait de l’entrepreneur,

4/ en faisant de l’entrepreunariat,  l’entrepreneur crée de la richesse et/ou de l’emploi (je savoure ce « et/ou », pas vous ?),

5/ en faisant de l’entreprenariat, l’entrepreneur peut créer des emplois (encore plus savoureux, le « peut »).

Oui, je sais c’est Wikipédia mais justement, c’est là que le plus de monde cherchera la définition  et peut être même la Ministre de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche  ou ceux qui écrivent ses déclarations.

La Ministre sus nommée, Geneviève Fioraso (encore une Geneviève… promis, juré, craché, j’ai pas fait exprès), a participé aux assises de l’entrepreunariat, le 29 avril 2013 à l’Elysée, ça c’est de l’info hein ? Je sais ça date, mais justement, c’était un avant-goût. Croyez-moi, c’est du lourd : il y aura des cours d’entrepreunariat et d’innovation dans l’enseignement supérieur et les étudiants ayant un projet entrepreunarial ou les  jeunes diplômés souhaitant créer leur entreprise, seront labellisés « Jeune entrepreneur ».

C’est là que tout s’éclaire on voit la stratégie, c’est celle de la courbe…

Comment ça, quelle courbe ?

LA courbe, celle qui doit se stabiliser et qui ne veut rien entendre pour l’instant.

Si vous avez tout suivi (en fait soyons clairs, si vous êtes encore là) et, ce n’est pas facile, je sais, moi aussi j’ai du mal, nous ne sommes pas des membres du gouvernement, la stratégie, la courbe ça nous passe au-dessus, donc si vous avez tout suivi, vous avez compris que derrière tout ça, il y a un enjeu national et pas des moindres.

Explication argumentée : si on enseigne l’entrepreunariat, les étudiants vont avoir des projets entreprenariaux et les jeunes diplômés vont créer des entreprises dans lesquelles ils feront de l’entrepreunariat car ils seront des entrepreneurs. Ainsi, les œuvres de notre belle jeunesse, vont créer de la richesse et/ou des emplois.

DES EMPLOIS ! LA COURBE !

Vous y croyez maintenant ? Non, parce que si vous êtes encore là, vous pouvez tout croire.

J’en vois au moins un ou une  qui va me dire : « Mais alors, si c’est « et » d’accord ça marche, mais si c’est « ou » ?  On ne gagne pas à tous les coups grâce à l’entrepreunariat ».

Je ne le ou la  félicite pas, il ou elle a presque autant mauvais esprit que moi.

Mais oui on GAGNE parce que la création de richesse, c’est la CROISSANCE et la CROISSANCE c’est l’EMPLOI !  Prends-toi ça. Où tu veux.

Théoriquement, c’est là que vous comprenez l’intérêt de l’enseignement de la masturbation, pardon de l’entrepreunariat, à la Maternelle. Non ? Vous ne voyez pas ? J’ai été mauvaise alors. Excusez-moi, vraiment.

Pardon, de vous avoir entraînés jusque là.

Ou bien, alors, vous pensez comme une twittorienne que je connais bien. SI c’est le cas, je ne vous félicite pas, croyez-moi :

« @cathyhope2 : Entrepreunariat ou masturbation, c’est toujours de la branlette. Voilà. »

PS : je pense que l’un des destinataires de ce tweet est soulagé de ne pas apparaître, il fait partie de la #TeamPrude

Lettre à Geneviève

les gentilles filles

Donc, Geneviève, vous avez manifesté, comme tous les ans, le dimanche 19 janvier contre le droit à l’interruption volontaire de grossesse. Prononcez-le en développé, vous aussi Geneviève : interruption volontaire de grossesse.

Vous remarquez ? Il y a le mot volontaire.

Ainsi Geneviève, après avoir manifesté pour que les homosexuels n’aient pas les mêmes droits que les autres, cette fois-ci, vous arpentez les boulevards pour qu’on enlève des droits à une partie de la population, les femmes.

Femmes, ça vous dit quelque chose ?

Mais dites-moi, vous voilà bien investie ailleurs que dans la paroisse et les bonnes œuvres ! Vous prenez goût au bitume. Ah, ne rougissez pas s’il vous plaît, vous êtes trop modeste.

Je sais bien que vous avez aussi veillé devant l’Assemblée Nationale, vous ne lâchez rien. Organiser les tours de veille – bon vous n’étiez pas nombreux, ça réduisait les possibilités, mais quand même -, comploter par SMS, lancer les rendez-vous sur Twitter, prévoir la nourriture, les boissons, ça vous a rappelé votre jeunesse à votre mari et vous (du temps de l’Association française de scouts et guides catholiques qui vous a menés chez Civitas).

C’est beau l’engagement citoyen.

L’interruption volontaire de grossesse, c’est une de vos causes favorites. Vous participiez aux prières de rue toutes les trois semaines devant l’hôpital Tenon. Vous protestiez contre la réouverture du service d’interruption volontaire de grossesse. Après vous faisiez votre marché.

Il faut bien vous accorder ça, vous savez joindre l’utile au désagréable.

En tout cas, dimanche, on a vu que vous étiez rodée et toute la famille avec vous, votre charmant mari, vos nombreux enfants. Le petit-dernier était dans la poussette que vous dirigiez de main de maître parmi la foule. Quelle manifestation bon enfant, n’est-ce-pas ?

Vous n’avez même pas perdu de ballerine.

Vous portiez une jupe jaune et un foulard rouge, hommage à l’Espagne.

Maintenant qu’on se connaît Geneviève, on peut se tutoyer non ? Nous avons des points communs, nous sommes des femmes, nous avons des enfants.

Sinon, je pense que nous allons nous arrêter là pour les points communs.

Vois-tu, je ne porte pas de ballerines, j’aime les talons, pas de jugement, juste une question de goût. Pas de serre-tête non plus.

A propos, pour le tien, prend une taille au-dessus, je pense que ça doit te bloquer le cerveau et la réflexion. Sauf le respect que je te dois.

En fait, non, Geneviève, je ne te dois aucun respect.

Tu as manifesté dimanche, pour enlever un droit aux femmes.

Juste quelques petits rappels à ton attention :

Nous les femmes (tu ne peux pas savoir combien ça me fait du mal de dire « nous » en parlant de toi et moi), nous avons le droit, comme les hommes, de disposer de notre corps.

Nous les femmes, nous pouvons faire exulter notre corps avec qui nous voulons, homme ou femme ou toute seule (la masturbation, tu connais ? Ca pourrait te faire du bien. Mais tu connais, j’en suis sûre, tu ne veux pas le dire, c’est tout. Tout est hypocrisie chez toi).

Nous les femmes, avons le droit de faire l’amour, de jouir, de vivre notre sexualité librement, comme les hommes.

Nous les femmes, nous pouvons avoir envie de faire des enfants ou pas.

Notre volonté doit être entendue et reconnue, comme celle des hommes.

Le droit d’avorter, nous l’avons.

Toi aussi, Geneviève tu l’as.

Toi aussi, tu peux refuser d’enfanter, ne me dis pas que ça ne t’a jamais effleuré.

Mais si, souviens-toi les fausses couches, les morceaux de sang coagulés qui sortaient de ton sexe… Ne mens pas, tu n’as jamais pensé que c’était un être humain, jamais.

Telle que je te connais, tu as même été soulagée parfois. Tu as même peut-être provoqué ça, tu es une cachotière, je le sais.

Faut dire dans ton milieu, ça ferait tâche (oui, j’ai de l’humour. Toi non ?).

Tu confonds tout. Quand tu éructes ta haine contre les homosexuels, les femmes qui veulent avoir le droit d’avorter, le fiel que tu déverses ne contamine que toi-même et les tiens.

Tu as des filles Geneviève ? Tu veux vraiment qu’elles en chient, comme toi ? Qu’elles s’oublient, qu’elles ne puissent pas tenir le volant de leur vie ?

Mais dis-moi, une question me brûle les lèvres, tu n’es pas qu’Amour alors ?

Les lois fémicides, Geneviève, ce sont des lois d’hommes. De ces hommes qui veulent que les femmes recommencent à mourir en avortant.

Sors de là, Geneviève, envoie-les au Diable (tu y crois, ça tombe bien).

Ne te leurre pas Geneviève, ton engagement citoyen n’existe que dans tes rêves.

Tu n’es pas une citoyenne, tu es une meurtrière.

Ton action tue. Des êtres humains. Ceux qui veulent vivre, libres et égaux dans la fraternité.

Le drapeau bleu, blanc, rouge que tu agites, tu ne sais même pas ce qu’il veut dire.

Tu dis protéger la Nation, tu ne te protèges que toi-même en empêchant que ton monde ne s’écroule.

Vous étiez 16 000 Geneviève, 16 000, la partie émergée de l’iceberg.

Je ne vous sous-estime pas, tu sais. Vous êtes dangereux.

Vous instillez lentement mais surement vos idées rétrogrades dans l’opinion. Ce n’est pas pour rien tu sais que c’est l’Espagne qui revient sur les acquis des femmes en premier. Vous me rendez malade, vous me faites peur.

PS : Vous êtes retournée dans la rue ce dimanche, vous avez eu raison

Grignotage

BathingMachineDontBeAfraid

Ce billet est paru le 24 janvier 2014 sur Babordages (merci aux babordeurs partageux et généreux)

En raison du matraquage publicitaire de Babordages, j’ai bien peur que ce billet ait au moins un lecteur ou une lectrice.
Donc, public adoré, tu dois savoir avant tout que je suis une personne qui fait très attention à sa santé nerveuse. Juges-en plutôt.

Depuis des années, je ne regarde plus les journaux télévisés des chaînes « historiques ».

Je n’ai jamais, de mon plein gré, laisser les robinets d’une chaîne d’info en continu imprégner ma rétine et polluer mon esprit.

J’ai résilié mon abonnement au Monde il y a bien longtemps.

Libération n’a plus le loisir de prélever mes empreintes digitales.

Les hebdos d’info, je ne les feuillette même plus dans les salles d’attente.

Et la PQR ? Non sérieux, la PQR ? Jamais, je resterai très ferme là-dessus.

Comment est-ce que j’arrive à vivre ? Je regarde régulièrement Arte Journal et 28 minutes. J’ai juste un vice, dont je n’arrive pas à me débarrasser, c’est France Inter. Je me soigne, je vais de temps en temps vapoter sur France Culture, mais non, je n’y arrive pas, je suis faible, j’y reviens toujours.

Tout ça pour dire que j’essaie de me préserver un max de toute contrariété pouvant être provoquée par un abus de pensée unique. Je suis abonnée à des sites d’infos et je lis des articles sur le Net. Je picore même dans des (vrais) journaux de droite mais je fais gaffe. Les sujets de ces dernières semaines, que je ne citerai pas, m’ont rendue encore plus méfiante.

Et bien crois-moi public, on n’est jamais assez vigilant. Hier, j’ai cliqué sur ça : « La gauche du PS grignotée par le principe de réalité ». Un petit article, sur les états d’âme des élus de la gauche du PS après la conférence de presse de Hollande. Je l’ai lu, sans penser à mal. Oui il y a encore des députés PS socialistes, non ils ne sont pas d’accord, oui ils restent au PS. Bref, la routine.

Et d’un coup :

Quant aux autres, ils semblent de moins en moins prompts à monter au créneau comme si, peu à peu, ils finissaient par se plier à un certain principe de réalité. Réalité de la situation économique du pays ou réalité du positionnement politique de François Hollande, plus stable que jamais.

Je t’assure, à la lecture, ce paragraphe me saute littéralement à la gorge, j’étouffe, il faut que je l’arrache. D’un coup tout me remonte. Et pas ce qu’a dit Hollande, ce qu’il fait, ce qu’il va faire. Bien sûr ça me désespère, après le discours du Bourget on pouvait y croire et tous les jours, de reniement en reniement, on se rend bien compte que la Groite TM (Babordages) est au pouvoir (pour info,  la comparaison des politiques Hollande/Sarkozy, oui, c’est encore un article du Monde, c’est la loi des séries).

Non, ce qui m’a sauté à la gorge, c’est le principe de réalité. Il a fallu que je hurle, vraiment.

Qui peut se battre contre la réalité ? Personne. Donc, si on imprime bien dans nos têtes que c’est ça la réalité, nous nous plierons à ses exigences. Donc, les politiques choisies pour régler les problèmes de cette réalité sont incontournables. Donc, les théories qui sous-tendent ces politiques sont vraies. Donc, tout autre choix politique serait inefficace puisqu’il ne prendrait pas en compte cette réalité, il pourrait même être dangereux pour la France, l’Europe, le Monde (non pas le journal, cette fois-ci), l’Univers…

Le Monde, comme Libération, pratiquement tous les journalistes, les animateurs radio, télé enfoncent ce clou dans nos têtes, un peu plus chaque jour. Ils propagent l’idée de l’absence d’alternative possible. Ils font la propagande du libéralisme économique.

Et nous (je te mets avec moi, tu permets ? J’ai besoin de ne pas me sentir toute seule), qui sommes-nous ? Des dingues, des rêveurs, des utopistes ?

Oui, et c’est pour ça que nous gagnerons.

Ces rabatteurs pensent surtout que nous ne sommes pas prag-ma-ti-ques ! D’après eux, nous sommes incapables de nous adapter aux contraintes de la réalité.

Mais en fait qu’en savent-ils ? De la réalité ? L’UE, le MEDEF leur fournissent des lunettes 3D : Déformation, Désinformation, Désinvolture.

Ce qu’ils voient n’est pas la réalité.

Je n’ai pas découvert TINA hier, mais son totalitarisme m’a fait encore plus mal que d’habitude.

Bonus : le même sujet, la réaction des élus PS, traité par Mediapart (je fais de la pub car ce journal m’appartient)