Archives du mot-clé charlie

Dépeçage

10 janvier 2015

Depuis longtemps, mon cœur et ma tête s’empierrent lentement mais sûrement. A chaque espoir déçu, une pierre pointue et tranchante s’ajoute. Chaque fois, l’aspect prévisible et inéluctable des déceptions fait que la pierre s’ajuste parfaitement avec les autres.
Si les évènements sont prévisibles, pourquoi être déçue alors ? J’ai longtemps positivé et appelé ça de l’optimisme. Aujourd’hui j’y verrai plutôt un net penchant pour le déni.

J’ai une théorie sur les jets de pierre, ils visent à nous immobiliser. Aujourd’hui et je ne saurai pas dire exactement depuis quand – j’attends vos suggestions – le phénomène s’est accéléré et il est d’une grande violence. Nous assistons à une vraie lapidation de nos forces épuisées par les jets répétés, de nos convictions qui ne savent plus vers quelle pierre se tourner pour la bloquer. Petit à petit nous n’arrivons plus à bouger, nous sommes comme tétanisés par tout ce qui tombe de toutes parts, s’enchevêtre. Les pierres ont tant de bords tranchants et de pointes affûtées que nous ne savons par où les prendre. Nous sommes dans un état de sidération.

Depuis mercredi, les origines des tirs sont multiples. Ou plutôt depuis le jour d’après. Celui où il a fallu commencer à raser les murs, même les virtuels, pour survivre et faire notre deuil en évitant les pleureurs professionnels, les Cassandre, les va-t-en-guerre, les racistes, les islamophobes… Bref pour éviter tous les cons.
Mais là, comment dire, le vol de charognards annoncé sur Paris pour honorer la liberté d’expression que la plupart d’entre eux ne reconnaîtraient pas si on la leur présentait sur un plateau avec du persil dans les narines.

Tous les escrocs de l’Europe qui entretiennent les clivages, augmentent les inégalités, appauvrissent les plus faibles et les maintiennent dans l’ignorance de façon à qu’ils n’aient plus ensuite qu’à être cueillis parfaitement mûrs par les extrémismes religieux et fascistes. Les mêmes dirigeants remarquables dans leur application à ignorer les morts de certaines guerres et à provoquer par leur inaction la mort de milliers de migrants.
Les politiques français d’hier, d’aujourd’hui, de demain qui n’ont rien fait, jamais, pour stopper la stigmatisation, aider l’intégration à part du clientélisme, de l’arrosage d’associations et des pin’s. Les mêmes qui brossent et sucent les pays qui financent et orchestrent le terrorisme.

Last but not the least, de belles pierres en forme d’étron pour couronner le pierrier, il semblerait que Avigdor Liberman et Netanyahu fassent partie du cortège, des modèles pour nous tous.

Aujourd’hui tous ces connards sont Charlie.

Demain nous allons les laisser se partager la dépouille de chacun des morts de mercredi. Ils vont s’emparer de la coupe au bol de Cabu, des yeux rieurs de Charb, du sexe de Wolinski, de l’héroïsme du policier, du sourire de Tignous, des dents de travers de Bernard Marris, de l’anonymat du concierge et du garde du corps…. les déchiqueter, les déguster, se barbouiller de leur sang, s’en repaître, les digérer jusqu’à ce qu’ils ne soient plus, jusqu’à que leurs rots ne restituent plus leur odeur, qu’on ne sache plus qui ils étaient. Qu’ils puissent servir les lois sécuritaires à venir, les guerres menées ou qui le seront, le chaos qui nous attend.

Les dessinateurs de Mickeys, les potaches irrespectueux, blasphématoires, libres et joyeux vont servir à tout ce qu’ils exécraient, caricaturaient. Je ne les idéalise pas, je ne les lisais plus sauf au hasard d’une une. Mais personne ne mérite ça.

Demain, nous les laisserons tuer une deuxième fois.

Sidération.