Archives du mot-clé grèce syriza

Chantage

Ça vous fait quel effet à vous les montagnes russes non pardon, grecques ? Vous savez les : « ils ont gagné » « ils tiennent tête » « ils ont renoncé » « ils n’ont pas fait ce qu’il fallait » « ils ont préservé le principal » « ils sont foutus » et j’en passe.
Moi j’ai un peu mal au cœur pour tout dire. J’ai l’impression de prendre l’ascenseur de la Tour Montparnasse (je ne sais si c’est toujours pareil mais il fut un temps où, à la montée, l’estomac venait se coller à l’œsophage) plusieurs fois par jour et qu’arrivée en haut Quatremer ou Leparmentier (c’est juste pour vous fouetter le sang que je mets leurs noms) me lâche dans le vide. Quelques fois Romaric Godin ou François Leclerc me retient par un bras, un pied ou alors carrément Yaniss ou Alexis m’intercepte entre deux étages (oui, je fréquente des supers héros). Je ne me suis pas encore écrasée au sol.

J’ai une autre question. Vous arrivez à lire tous les articles, avis, critiques, célébrations qui paraissent ? Vous avez le temps d’écouter toutes les interviews ? Vous avez encore du temps de cerveau disponible ?

Parce que si comme moi vous vous intéressez à tout ça vous devez être à la ramasse non ?
Le truc, c’est que vous ne pouvez pas vous fier, peut être encore moins qu’à l’accoutumée, aux medias mainstream – j’écris « vous » parce que je ne les fréquente plus (je sais, je vous l’ai déjà dit mais je fais du prosélytisme, on ne sait jamais, je pourrais vous convaincre) – . Ils sont tous vent debout pour protéger la main qui les nourrit. Donc, il faut chercher ailleurs, ce n’est pas facile.

Pourquoi s’y intéresser ? En dehors du fait bien sûr que Varoufakis et Tsipras sont tellement séduisants !
À ce propos, j’ai une théorie : vous savez pourquoi tous ces coincés du cul – Merkel et son ministre des finances, Jeroen Dijsselbloem, président de l’Eurogroupe (celui de la poignée de main ratée avec Varoufakis), Moscovici le donneur de leçons (on croit rêver non cauchemarder), Hollande l’homme du consensus (non, je ne ferai rien avec ce mot bien que.. non d’accord), Renzi l’opportuniste – font rien qu’à les embêter ?
Et bien c’est parce que tout ce ramassis est jaloux de ne faire bander personne.
Voilà pourquoi.
Parce que oui, toutes ces belles personnes, pas seulement les deux pré-citées, nous font bander ! Tous ces hommes et ces femmes magnifiques, déterminés, portés par leur mandat nous donnent le frisson. Ça en jette, des élus qui arrivent au pouvoir avec un vrai programme, qui ont réfléchi au préalable et qui bossent comme des damnés depuis l’élection.

Bien sûr on le savait, mais nous nous sommes laissé le temps de rêver, le reste de la zone Euro leur met des bâtons dans les roues et jusqu’à ériger un mur devant eux. C’est comme leur donner le choix de la mort ou de la souillure (Comme un 49-3. L’ultimatum est à la mode ces jours-ci en Europe). N’importe quel dirigeant des autres pays européens aurait choisi la souillure. Eux, ils ont fait au mieux et c’est ce que beaucoup d’entre nous leur reprochent.
Alors ça, ça m’énerve. Nous voudrions donc qu’avec leurs petits poings, ils se battent pour nous, fassent place nette de façon à ce qu’ils ouvrent la Mer Rouge pour que nous puissions passer à sec ?

Premièrement le Syriza d’aujourd’hui ce n’est plus celui de 2012, il a mis de l’eau dans son Ouzo pour être élu. Et il était à 4,21% en 2010, 27 % en 2014, pour arriver à deux sièges de la majorité absolue en janvier dernier. Donc même s’il porte le nom de gauche radicale, son programme est plutôt socio-démocrate. C’est juste que nous avons complètement oublié ce que veut dire social-démocratie grâce au foutage de gueule que constitue la politique de Hollande et cie.
Deuxièmement Syriza fait ce qu’il peut parce que je le rappelle, il le fait seul, tout seul.
Troisièmement rien ne leur est épargné, les institutions européennes les acculent depuis le lendemain de leur élection sans leur laisser le temps.

À titre personnel, j’aurais aimé qu’ils « renversent la table» (copyright Frédéric Lordon).
À titre personnel, je les aurais aimés vraiment radicaux.
Mais ils n’ont pas été élus pour ça, ce n’est pas leur mandat. Ce qui n’empêche pas qu’ils pourront le faire, l’être si les caciques qui se croient les premiers de la classe les poussent à bout, rien n’est perdu.
La moindre des choses c’est que nous les soutenions, que nous y croyions même si nous avons des réserves.
Non mais sérieux ? Faire la fine bouche quand le plus proche équivalent de Syriza fait 4% chez nous et que le seul parti d’opposition qui prospère c’est le FN… c’est un peu fort de café non ?

Il faut que nous gardions à l’esprit que ce que font la BCE, l’Eurogroupe sous les ordres de l’Allemagne et avec la bénédiction des sans-couilles ce n’est pas tuer la démocratie, ça fait longtemps qu’elle est morte en Europe, et c’est plus que tuer Syriza et tuer la Grèce, c’est plus que promettre au peuple grec plusieurs décennies d’esclavage à la dette et d’auto-flagellation car ils n’ont pas fait ce qu’il fallait, qu’ils ont fauté et que ce sont des moins que rien, des anciens va nu-pieds qui ne méritent que de retourner à leur misère, c’est plus que tout ça.

Ce que veulent ces salopards c’est nous tuer nous. Nous vriller la tête avec la vis de TINA de façon à ce que nous ne croyions plus jamais en rien, en rien d’autre et surtout que nous ne croyions plus en nous.

Sinon tu pensais que j’allais résister à mettre une photo des deux ? Non.
Binouite_2015-févr.-18